Au temps des pharaons, les égyptiens utilisaient la bouse de crocodile comme contraceptif

D’après la publication du site Live Science, la saison des amours des aieux des égyptiens avait lieu en juillet-août, quand la température pouvait grimper bien au-delà de 40°C. Qui dit conception à l’été, dit plus de naissances en mars-avril. Et cette période est justement celle où l’on constate le plus de décès de femmes enceintes, donc probablement en couche.

Cette hausse des naissances en mars-avril prouve également que le reste de l’année, les femmes devaient utiliser des moyens de contraception. Lana Williams spécifie que des anciens textes de médecine font état de plusieurs méthodes.

L’un d’entre eux, vieux de 3.800 ans, détaille une recette à base de bouse de crocodile et de miel. Mais il ne spécifie pas par quel moyen la mixture devait se retrouver dans le corps. Lana Williams a malgré tout une petite idée:

«Une solution à base de bouse de crocodile dans le corps de la femme peut probablement dissuader l‘homme et de fait, être en soi un moyen de contraception».

Ce qui n’enlève pas à la bouse de crocodile ses éventuelles propriétés contraceptives biologiques, comme le constate Lana Williams:

«C’est très intéressant d’observer les ingrédients de plus près. L’acidité contenue dans la bouse de crocodile et les propriétés antibactériennes du miel, peuvent en effet agir comme un spermicide.»

Et finalement, cette solution peut s’avérer aussi efficace que nos contraceptifs actuels. Lire la suite

Commentaires Facebook