Réla­tion: c’était intense et extrême; raconte L’ex-maîtresse de DSK

Durant une partie de l’année 1997, Marie-Victorine a été la maîtresse de Domi­nique Strauss-Kahn, alors marié à Anne Sinclair. Une liaison sur laquelle elle s’est largement confiée ce dimanche, dans un docu­men­taire sur le poli­tique.

En 2011, en pleine affaire du Sofi­tel de New York, une femme, Marie-Victorine M., assu­rait dans le jour­nal suisse Le Matin qu’elle avait vécu son « premier grand amour » avec Dominique Strauss-Kahn. Une relation qui aurait duré neuf mois, en 1997. Cette histoire, elle l’a longue­ment évoquée hier soir sur France 2 dans Dimanche 20h55, l’émis­sion de Laurent Delahousse, consa­crée à l’ancien patron du FMI. Elle s’est souve­nue de sa première rencontre avec DSK. C’était le 2 janvier 1997 : alors maire de Sarcelles, l’homme poli­tique prononce son traditionnel discours de voeux, avant d’être interrompu par l’arrivée, en retard, de la jeune femme. Instantanément, le courant passe entre eux : « C’était élec­trique, il n’y a pas d’autre mot », a raconté Marie-Victo­rine. Après le discours, ils s’ob­servent, sans se dire un mot. Mais la jeune femme le sait, il va avoir « un impact sur [sa] vie » : « C’était comme un train inévitable. »

À ce moment-là, DSK est marié avec Anne Sinclair. Pourtant, il la recon­tacte l’après-midi même. Et quelques heures plus tard, les amants se retrouvent : « On a convenu d’un endroit et ça a commencé comme ça, a raconté Marie-Victorine sur France 2. On s’ap­pelle quasi­ment tous les jours, à une époque. On se dit que finalement, mariage ou pas, vie politique ou pas, on est amoureux. » Leur rela­tion dure envi­ron neuf mois. Vingt ans après, elle se souvient d’un « homme extrê­me­ment attendrissant », avec lequel elle a certes connu une liaison « intense et extrême », mais toujours « volontaire ». Alors lorsque l’avocat de Nafissatou Diallo a voulu la faire témoi­gner contre DSK en 2011, elle a refusé d’évoquer leur histoire : « Je n’ai pas connu un Dominique violeur, je n’ai pas connu un Dominique qui pousse quand on lui dit non. Et ça m’est arrivé de lui dire non », a-t-elle assuré ce dimanche. C’est pour cette raison qu’elle a toujours refusé de prendre parti.

Par Voici.fr

Commentaires Facebook