L’art du cunnilingus

Sujet autrefois tabou, aujourd’hui faisant très souvent la une des magazines féminins, le cunnilingus comme la fellation est une pratique sexuelle « vulgarisée » par la littérature et le cinéma érotiques.

Le congrès buccal, tel qu’il est désigné dans le Kama Sutra n’est rien d’autre que le fait d’embrasser l’organe génital féminin (ou masculin) comme on le ferait sur la bouche du partenaire. Il s’agit ni plus ni moins que d’un baiser approfondi, pratiqué avec le même art et savoir faire que le baiser sur la bouche.
Il va sans dire que embrasser le « yoni » et par ce seul acte transporter sa partenaire sous d’autres cieux exige une certaine connaissance de l’anatomie féminine.
Les organes sexuels féminins demeurent assez mal connus par le plus grand nombre, et paradoxalement par les femmes elles-mêmes. Nous allons rapidement en faire le tour…
Le vagin ne désigne que le canal vaginal. La portion extérieure visible des organes génitaux féminins constituent la vulve. Du latin « vulva » qui signifie enveloppe. Le joyau de la couronne est le gland féminin, plus connu sous le nom de clitoris. Le clitoris, qui contrairement au pénis se gonfle de l’intérieur plutôt que vers l’extérieur , semble a première vue tout petit. Mais si l’on considère le système clitoridien dans son intégralité, avec les 1 éléments qui le composent, il est comparable à la structure génitale masculine.
Le clitoris est composé de tissus érectiles qui deviennent turgescents pendant l’excitation sexuelle. Le clitoris contient plus de terminaisons nerveuses que tout autre organe féminin ou masculin. Et il s’agit du seul composant de l’anatomie humaine dont la fonction unique est celle de procurer du plaisir.
Les petites lèvres, qui entourent l’entrée du vagin convergent juste en dessous du Mont de vénus pour former le capuchon du clitoris et son frein. L’orifice urétral féminin est le plus petit origine du panorama de la vulve. Il est très sensible et capable de procurer des sensations intenses, particulièrement quand il est stimulé oralement. L’entrée du vagin est la plus grande ouverture de la vulve. Il est à noter que les grandes lèvres ne font pas partie du système clitoridien.
De fait lorsque la stimulation sexuelle s’étend sur une période plus longue, le système clitoridien tout entier va se dilater et causer des transformations vues à l’extérieur. La vulve tout entière se gonfle sous l’effet du plaisir , et le clitoris pointe vers le haut et l’extérieur, position due à l’érection du « tronc clitoridien », que l’on peut localiser plus facilement en pressant le clitoris vers l’arrière et légèrement vers le haut.
Exercez une pression sur un côté on l’autre du clitoris, permet de remarquer une division du tronc clitoridien , créant une fourche appelée « piliers du clitoris ». Ces derniers émergent du tronc clitoridien et passent entre les grandes et petites lèvres, ce qui permet aux femmes d’éprouver du plaisir sans stimulation directe du tendre bouton lui-même.
Vous êtes désormais au fait de l’anatomie génitale féminine. N’hésitez pas à l’explorer , même avec un miroir afin de stimuler les zones qu’il faut quand il faut. On l’a suffisamment dit. Embrasser est un art, et le baiser du yoni, un art plus précis encore…
Alors qu’attendez vous, explorez, palpez, effleurez, massez, ne laissez nulle place ou cette bouche, ces mains ne passent et repassent. Que cette langue, ces doigts soient les instruments du plaisir de votre partenaire. N’hésitez plus à jouer de son corps comme d’une harpe…et de son organe sexuel comme d’un piano, dont jamais on ne se lasse d’effleurer ou d’appuyer vigoureusement sur les touches….et pourquoi pas y associer une fellation pour votre plaisir mutuel…( position 69 ou congrès du Corbeau)….

Sources: Kama Sutra, Vatsyayana
La Bible du Boudoir, Betony Vernon

Auteur Belinda Rose

Commentaires Facebook