Traitement de la dyspareunie ou des douleurs lors des rapports sexuels chez la femme

Pour rappel la dyspareunie est la douleur ressentie par la femme au niveau génital lors du rapport sexuel et plus précisément lors de la pénétration.

La difficulté pour un sexologue face à une femme souffrant de douleurs lors des rapports est de reconnaître si la cause actuelle de ces douleurs est organique ou psychologique. Il faut savoir que très fréquemment ces douleurs ont un point de départ organique (par exemple suite à une infection vaginale ou à des mycoses) mais qu’une fois la cause organique traitée médicalement, des douleurs peuvent persister et la cause devient alors psychologique tout simplement car la douleur engendre une peur des rapports et empêche la région génitale de se détendre.

Description

Types de dyspareunie

Les douleurs se divisent en différentes catégories, selon l’endroit où la douleur est ressentie. En présence de dyspareunie superficielle, la douleur est ressentie à l’entrée du vagin tandis qu’elle est davantage présente au fond du vagin en cas de dyspareunie profonde.

Causes

Les causes peuvent varier selon l’endroit où est ressentie la douleur.

Une douleur ressentie à l’entrée du vagin peut être causée par :

  • une blessure ou un traumatisme pouvant être causés par une intervention
  • un déssèchement du vagin causé par une déficience en oestrogènes
  • l’herpès
  • une infection vaginale
  • un manque de lubrification
  • une réaction suite à l’utilisation d’un spermicide, d’une douche vaginale ou de condoms
  • un vagin étroit

Il existe aussi des causes pouvant expliquer une dyspareunie profonde :

  • déchirure des ligaments qui retiennent l’utérus
  • endométriose
  • lésions suite à un accouchement
  • problème de santé touchant une trompe de Fallope ou un ovaire
  • problème d’ordre urinaire, par exemple, une infection urinaire
  • problème au niveau du col de l’utérus

Heureusement, la majorité de ces causes sont réversibles.

Des troubles d’ordre psychologique peuvent aussi parfois être la cause de la dyspareunie. Par exemple, la dépression, l’anxiété, le manque d’estime de soi, le manque de désir ou un traumatisme psychosexuel peuvent être à l’origine du problème.

Symptômes

Les douleurs peuvent varier d’une femme à l’autre. Elles peuvent se produire lors de chaque pénétration ou seulement lors de certaines circonstances et elles peuvent ou non se produire avec tous les partenaires. La dyspareunie peut apparaître chez des femmes qui ont déjà une vie sexuelle active. Les douleurs peuvent être décrites comme une sensation de brulure, d’élancement, de coupure ou d’irritation. Plusieurs femmes qui appréhendent la douleur au moment d’une relation sexuelle contractent involontairement leurs muscles pelviens, ce qui peut causer une aggravation de la douleur.

Diagnostic

Pour qu’un diagnostic précis soit posé, il importe pour le médecin de connaître différents détails dont :

  • l’endroit où est ressentie la douleur
  • depuis quand la douleur est présente
  • les circonstances relatives à l’apparition de la douleur

Par la suite, le médecin devra procéder à un examen gynécologique. Malheureusement, plusieurs femmes n’obtiendront jamais de diagnostic et ne seront pas traitées puisqu’elles n’oseront pas consulter.

Traitement

Le traitement de la dyspareunie varie selon la raison de la douleur. Le traitement peut être le traitement d’une infection vaginale, d’une infection urinaire ou l’utilisation d’un lubrifiant vaginal. Il importe donc de poser un diagnostic adéquat.

Quelle qu’en soit la cause, il ne faut jamais se résigner à la dyspareunie. Simplement parce qu’une douleur chronique crée un « circuit de la douleur », comme si s’installait dans le corps un programme « douleur » qui s’active dès que l’on entame le rapport sexuel. Toute gêne ou douleur qui perdure plus de deux ans dans l’ organisme est plus difficile à combattre. En consultation, gynécologues et sexologues constatent la fâcheuse tendance des femmes à supporter la souffrance. Leur tolérance à la souffrance étant supérieure à celle des hommes, elles mettent un point d’honneur à « ne pas s’écouter » et consultent malheureusement trop tardivement.

PS: En cas de manque de lubrification naturelle, l’utilisation d’un gel lubrifiant est conseillée pour faciliter les rapports. Ce gel peut être remplacé par un lait ou une huile pour bébé (sans alcool !) afin de donner une dimension moins médicale. Si le trouble perdure, il faut impérativement consulter un gynécologue, qui identifiera la source du problème.

 

 

Commentaires Facebook