8 conseils pratiques d’une sexologue pour atteindre l’orgasme

L’orgasme (du grec : ὀργασμός / orgasmós, de ὀργᾶν / orgân, « bouillonner d’ardeur ») est la réponse physiologique qui a lieu au maximum de la phase d’excitation sexuelle.

Il est souvent synonyme de jouissance extrême.

Il est généralement associé, chez l’homme, à l’éjaculation et à des contractions musculaires rythmiques des muscles du périnée, chez la femme, à la rétraction du clitoris, à des contractions musculaires rythmiques périnéales et vaginales.

L’orgasme libère également deux neuropeptides, l’ocytocine et la prolactine, qui provoquent une profonde sensation de bien-être.

L’orgasme humain résulte le plus souvent de la stimulation du pénis ou du clitoris, même si de nombreuses parties du corps peuvent être sollicitées (vagin, anus, sein, nombril, aisselle…). Les recherches contemporaines mettent également en évidence le rôle décisif de stimulations psychologiques. Toutes ces stimulations peuvent être appliquées individuellement, en couple ou en groupe (dans ces différents cas on peut parler de masturbation, de préliminaire ou de rapport sexuel).

8 conseils pratiques pour atteindre l’orgasme

1. Connaître son corps

Les femmes doivent pouvoir identifier les différentes étapes qui les mènent au plaisir. Sans faire de lien de cause à effet immédiat, les femmes qui ne pratiquent jamais la masturbation peinent à expliquer ce dont elles ont besoin à leur partenaire, constate la sexologue. 

2. Ecouter son corps

Pour connaître notre corps, encore faut-il l’écouter. Comment ? En déterminant ce qui nous fait plaisir ou non, ce qu’on adore, ce qu’on déteste.

3. Aimer son corps

Plutôt que se concentrer sur son corps et ses complexes – mes seins lui plaisent-ils?, suis-je assez épilée ? a-t-il envie de moi?-, il faut tout miser sur les sensations. Lire à ce sujet :L’autre voit-il nos défauts pendant nos ébats ?)

4. Se libérer

Il existe un antécédent historique non négligeable à la difficulté du plaisir pour les femmes. A l’époque de Freud, rappelle Stéphanie Hannier, les femmes qui avaient un orgasme étaient considérées comme hystériques. De plus, l’idée qui a longtemps prévalu est que les femmes devaient taire leur plaisr et le donner à l’homme. Aujourd’hui, beaucoup de femmes se sentent coincées entre deux comportements : la madone ou la putain, autrement dit la bonne épouse ou la fille sexy. Pour se libérer de ces assignations, un travail d’éducation est à faire. Le plaisir solitaire doit sortir du tabou.

5. Ne pas croire qu’il existe UN seul orgasme

Il faut se défaire de tous les avertissements qui circulent autour de l’orgasme. L’orgasme ne se limite pas au clitoridien, ni même au vaginal. Une caresse sur le ventre ou un baiser sur l’oreille peut aussi mener à un orgasme chez certaines femmes. Les moyens sont donc multiples pour y arriver.

6. En parler

La communication en couple est essentielle. De nombreux couples pensent qu’après une longue réflexion, ils connaissent tout de l’autre. Ce serait oublier qu’hommes et femmes simulent, et plus souvent qu’on ne le pense. Pour quitter cette spirale infernale, rien de tel que de confier ce qu’on veut. Parler avec les copines peut aussi faire du bien. C’est l’occasion de piocher conseils et stratégies. La sexualité est loin d’être figée. (“, à propos du site “How To Make Me Come” Les femmes y dévoilent les gestes, les ambiances, les positions, et toutes les astuces qu’elles utilisent pour atteindre l’orgasme).

7. Se plonger dans la littérature érotique

La littérature érotique stimule l’imaginaire et aide à développer des compétences et à élaborer le plaisir. Et les films porno ? Tout dépend de comment on codifie le porno, souligne Stéphanie Hannier. Les images érotiques impactent la rétine et créent de l’excitation mais les films pornographiques sont encore majoritairement pensés du point de vue du plaisir masculin.

8. Ne pas se focaliser sur l’orgasme à tout prix

La société met la pression sur l’orgasme (ce que pourrait aussi laisser penser cet article, ndlr). Or, le meilleur moyen pour atteindre l’orgasme est tout simplement de ne pas y penser. De plus, l’orgasme n’est pas l’aboutissement. La vraie focalisation doit se faire sur toutes les sensations. Pour en profiter pleinement, il est conseillé de fermer les yeux, pour se déconnecter et ressentir les choses au maximum.

* Stéphanie Hannier est sexologue clinicienne et h ypnothérapeute, elle travaille au centre paramédical Médéo de Huy et collabore au site masantesexuelle.com

La Libre.be

Commentaires Facebook