Les bienfaits méconnus du curcuma sur notre santé

À ce jour, les scientifiques ont découvert pas moins de 600 applications préventives et thérapeutiques au curcuma1 ! Tout ça grâce à ses principes actifs dont le principal est la curcumine.

Les chercheurs considèrent même que le curcuma est aussi efficace à lui tout seul qu’une quinzaine de médicaments, les effets secondaires et le coût en moins. Le curcuma est l’épice anti-inflammatoire la plus connue. Il est efficace contre l’arthrose4 et en prévention du cancer5. Mais son utilisation en cuisine est encore beaucoup trop rare…

Découvrez sans attendre les raisons pour lesquelles le curcuma peut littéralement vous changer la vie !

Bon pour votre cœur et vos artères

 

De nombreuses études cliniques ont mis en évidence l’effet bénéfique de la curcumine sur les maladies cardiovasculaires. L’une d’elles a été réalisée sur 121 personnes ayant subi un pontage coronarien. On sait que ces personnes sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes d’un infarctus du myocarde. Les résultats montrent que la consommation de curcumine avant l’opération a permis de réduire de 56 % le risque d’infarctus du myocarde.

Prévient l’Alzheimer

En plus de protéger votre coeur, la curcumine ralentit le vieillissement de votre cerveau et prévient la maladie d’Alzheimer. Comment le sait-on ? Comme pour le cancer, la prévalence de la maladie d’Alzheimer est 4 fois plus faible en Inde – grand consommateur de curcuma – que dans les pays occidentaux. Une étude a même confirmé le fait que les personnes consommant le plus de curcuma étaient celles qui étaient les moins touchées par la maladie d’Alzheimer.

Fini les problèmes intestinaux

Des études ont montré que la curcumine facilitait la digestion et apaisait les troubles intestinaux même sévères, dont le syndrome du côlon irritable, l’ulcère gastrique, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. 207 patients atteints du syndrome du côlon irritable ont reçu des extraits standardisés de curcuma. Après 4 semaines de traitement 56 % des patients avait vu une réduction de leur syndrome.

Le curcuma et son pouvoir antioxydant

Le curcuma possède la capacité de stimuler la sécrétion de bile, mais on a découvert de plus qu’il augmentait la production d’enzymes hépatiques, ce qui explique qu’il peut protéger le foie contre les toxiques. C’est son puissant pouvoir antioxydant (pratiquement équivalent à celui des vitamines C et E) qui suscite aujourd’hui beaucoup d’intérêt : il protège des détériorations cellulaires dues à l’excès de radicaux libres. Selon des expérimentations sur l’animal, il pourrait aussi faire baisser le taux de cholestérol.

Le curcuma et ses propriétés anti-inflammatoires

Le curcuma possède par ailleurs une activité anti-inflammatoire appréciable : il agit en inhibant l’enzyme responsable de la synthèse des prostaglandines. Les prostaglandines peuvent déclencher l’inflammation et sontnotamment  impliquées dans l’arthrite.

Par ailleurs, des études in vitro semblent montrer qu’il aiderait à la prévention et au traitement de certains cancers en augmentant l’activité du glutathion (molécule antioxydante
formée dans l’organisme) et en inhibant le développement des tumeurs.

Le curcuma peut être utilisé pour son action anti-inflammatoire, en cas de douleurs rhumatismales, à la fois par voie orale et en application locale, sous forme de cataplasmes. Son application sur la peau est d’ailleurs courante en Inde, et permet de soulager la douleur et l’inflammation des muscles et des articulations.

Au cours d’une expérimentation clinique, des patients atteints de rhumatismes articulaires furent traités par 1 200 mg de curcumine par jour. Les résultats furent comparés à ceux d’un groupe soigné avec 300 mg de phénylbutazone, un anti-inflammatoire classique. Les deux groupes présentèrent des améliorations identiques concernant la capacité à se déplacer, la raideur et le gonflement des articulations, mais, contrairement à la phénylbutazone, le curcuma n’entraîna pas d’effets secondaires.

Comment tirer profits des bienfaits et vertus santé du curcuma?

La dose thérapeutique quotidienne recommandée varie le plus souvent entre 500 et 1 000 mg de curcumine, soit 4 à 8 cuill. à café de curcuma en poudre. On peut aussi le prendre sous forme de teinture-mère, à raison de 0,5 à 1 ml 3 fois par jour.

Conseils d’utilisation
Pour donner les meilleurs résultats, le curcuma pris en tant que complément doit être absorbé entre les repas, et de préférence associé à la broméline (enzyme qui améliore son absorption).

Effets secondaires possibles
Le curcuma ne présente aucun risque aux doses recommandées. Il semble pourtant raisonnable de conseiller aux patients atteints de calculs biliaires (susceptibles de gêner le flux biliaire) de ne pas prendre de fortes doses de curcuma, qui augmente la libération de bile dans le foie.

Le curcuma sous étude
Une expérience a été faite sur 62 patients atteints d’ulcères de la bouche ou de tumeurs cutanées qui n’avaient pas réagi aux traitements classiques (chimiothérapie, radiothérapie ou chirurgie). Ils furent soignés pendant 18 mois, 3 fois par jour, par des applications externes d’extrait de curcuma ou de curcumine. À la fin du traitement, leurs démangeaisons avaient diminué de 70%, leurs douleurs de 50% et l’étendue de leurs lésions de 10%.


AVERTISSEMENT
Cet article est uniquement à des fins d’éclaircissement et ne doit pas être utilisé comme un remplacement pour le diagnostic professionnel et les traitements. N’oubliez pas de toujours consulter votre medecin avant de prendre des décisions en matière de santé ou pour obtenir des conseils, des conseils et un traitement au sujet d’une condition médicale particulière.

Commentaires Facebook